Il devint calme dans ce calme domestique...

Publié le par Owl

La duchesse de Langeais, Balzac ( La comédie Humaine)

 pray for japan by marinamadness-d3bfr2t

Non, non ne vous étonnez pas de la citation que j'ai choisie pour ce roman, car elle reflète tout a fait mon impression sur ce roman réaliste. Long, lent et à mourir d'ennui... Mais il fallait que je m'y attendent car tout les romans réalistes sont comme ça. Je vais donc arrêter de me plaindre car c'était couru d'avance - même si j'avais un petit espoir ^^- .

 

 

 Le Général deMontriveau est épris de la duchesse Antoinette de Langeais, une coquette qui se refuse à lui et qui disparaît. Aidé par les puissants Treize, sorte de franc-maçonnerie aux pouvoirs occultes comme Balzac aime à mettre en scène, il la poursuit jusqu’à un monastère espagnol où elle s’est réfugiée sous le nom de sœur Thérèse. Là, elle accepte de le recevoir en présence de la mère supérieure à qui elle fait croire que cet homme est son frère. Mais, au dernier moment, elle avoue sa faute en même temps que son amour longtemps caché pour Montriveau. Ce début amène un long retour en arrière, à l’époque où la duchesse menait le monde par le bout du nez, faisant ménage à part avec son mari et méprisant ses soupirants. L’esprit des Treize imprègne le roman, en particulier la scène de violence où l’on voit Montriveau, conseillé par Ronquerolle, menacer la duchesse de la marquer au front avec une croix de Lorraine rougie au feu.

 

 

Déjà... ce résumé provient de Wikipédia car je n'ai absolument rien compris à ce qu'il se passait dans le roman et je n'ai même pas remarqué que l'on y parlait des treizes. A croire que j'étais vraiment dans les chous quand je l'ai lu. Bref, n'ayant pas remarqué l'histoire des treizes, j'ai justre été attirée par l'histoire de Montriveau et de la Duchesse.

 

 

Mon avis personnel: Je jure que c'est la dernière fois que je lis pour mon plaisir personnel un roman réaliste !! J'avais déjà rencontré ce type de roman avec Thèrèse Raquin de Zola qui m'avait assomé comme ce n'est pas permis et je ne peut plus supporté ces romans. Balzac fait preuve d'une vraie lenteur et prend trop son temps pour décrire le faubourg Saint-Germain ( 6 pages sur mon édition !!! ) où encore le couvent espagnol.  Je pense que les description de chaque lieu et l'analyse scientifique des sentiments des amoureux doivent bien prendre les 3/4 d'un rom an de 177 pages !!!! J'ai cru que j'allais exploser !! Je suis énormément déçue car l'extrait que j'en avais lu lors de mon bac blanc m'avait l'air prometteur alors que je suis tombée des nues lorsque j'ai remarqué que c'était le seul moment intérresant du roman !!! Déçue, déçue, déçue, c'est la seule chose qui me revient de ce roman qui avait pourtant une jolie histoire de base à la Roméo et Juliette.

 

EN CONCLUSION

 

je lis ce roman si....

- J'aime l'écriture scientifique de Balzac

- J'aime les grandes descriptions

- Je suis tellement fan des belles histoires d'amour que je pourrais tout supporter pour en lire une géniale

 

Je délaisse sans soucis ce roman si...

- Je n'aime pas les romans Réalistes ou Naturaliste

- Je déteste les descriptions de 3000 mots

- Je n'aime pas disséquer les sentiments des gens

 

Bref, bonne chance pou ceux qui souhaitent le lire, vous en aurez bien besoin !

 

Owl

Commenter cet article