Les actualités d'aujourdh'ui c'est l'histoire de demain

Publié le par Owl

Les Fleurs Bleues de Raymond Queneau

 

Ma prof de français m'avait donné  ce roman à lire pendant les vacances et... au bout du deuxième jour je l'avais déjà terminer >.> . Dès le départ la couverture m'a intrigué (ce n'est malheureusement pas l'image présente ici car je n'ai pas réussi à la trouver ) presque tout autant que le résumé :

 

 

On connaît le célèbre apologue chinois: Tchouang-tseu rêve qu'il est un papillon, mais n'est-ce point le papillon qui rêve qu'il est Tchouang-tseu? De même dans ce roman, est-ce le duc d'Auge qui rêve qu'il est Cidrolin ou Cidrolin qui rêve qu'il est le duc d'Auge ?

 

 

Bon... déjà ça commence mal... le résumé est un vrai mystère mais on commence quand même à cerner le type de roman que l'on s'apprête à lire ainsi que le style de l'auteur. Et comme on dit, l'habit ne fait pas le moine ! Car une fois l'histoire commencée, malgré le fait qu'elle semblait bizarrement rébarbative et  étrange avec le résumé, on ne peut s'empêcher de se laisser entraîner par l'auteur dans son monde qui ne possède aucune règle. Les personnages se croisent, se perdent, le temps se mêle entre passé et présent... Tout ce que l'on connaît du monde tel qu'il est, tout nos repères sont perdus et éffacés dans ce roman presque abstrait.  L'auteur s'amuse avec nos connaissance et les mots pour notre plus grand plaisir !!

 

 

 

Mon avis personel: Pour commencer, lorsque l'on commence ce roman, il ne faut pas s'attendre à une histoire réglé et carré comme d'habitude. Avec Queneau ( que j'avais déjà lu avec Zazie dans le métro) on ne peut pas s'attendre à de l'habituel, à notre routine littéraire. Il nous embarque dans les méandres de son imagination où l'on perd rapidement le peu de repères que l'on avait pu possèder au départ . Son travail exceptionel est une pure délectation et lorsque le livre ce ferme, c'est avec une étrange impression de vide et de plein à la fois qu'on le repose devant soi, à la manière du réveil matinale, lorsque l'on quitte un doux rêve. Ce livre empli de paradoxe ne doit pas être pris ,comme le suggère le résumé, comme un livre philosophique mais à l'opposé comme un roman de rêve et de liberté. On prend ce roman sans se prendre la tête et on le quitte la tête vide de réflexion, avec juste le plaisir de la lecture pure et encore imprégné du style plus que plaisant de l'auteur. On sent que l'auteur a travaillé énormément sur ce roman car il est rempli de réfèrence littéraire qui ne manquerons pas d'apostropher les lecteurs que vous-êtes. On se laisse donc doucement emporter par les personnages  les illusions et allusions de l'auteur que l'on reçoit avec suavité. C'est un vrai bonheur, un livre comme il en existe peu !!

 

EN CONCLUSION

 

Je lis ce livre si...
- J'aime m'évader, me couper de la réalité

- Je préfère ne pas me prendre la tête avec un livre

- Je suis une admiratrice des auteurs de l'OULIPO ( mouvement crée par Queneau)

- Je veut me détendre et être zen

 

Je m'éloigne vivement de ce livre si...

- L'abstrait et moi, cela fait plus de deux

- Les histoires qui n'ont pas de sens ne me plaisent pas

- Je penche plutôt pour des livres avec une vrai histoire  un début et une fin

- J'aime les histoires avec de l'action

 

Bonne lecture et à la prochaine !!! xoxo

 

Owl

Commenter cet article